Histoire, géographie et sciences, les trois thèmes principaux de ce que nous devrions tous savoir
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Thermes

Aller en bas 
AuteurMessage
Zébulon
avatar
Messages : 276
Date d'inscription : 30/06/2018
Age : 67

MessageSujet: Thermes   Mer 5 Déc - 22:01

Femmes aux thermes, peinture de Lawrence Alma-Tadema.

Les témoignages de Théophraste dans son traité Du feu et celui des Caractères parlent de bains, des bains collectifs chauffés, qui impliquent sans doute une forte consommation en bois et des esclaves pour entretenir les chaudières. Dans un fragment du traité Sur le feu, Théophraste fait remarquer que, tout comme les chambres sudatoires, les établissements de bains sont plus chauds au nord qu’au sud, et en hiver qu’en été. Quant au mot βαλανευς, qui désigne plus tard le gérant d’un bain, il paraît exercer à Athènes la fonction d'asperger les clients à l’aide d’une patère, comme le παραχύτης des sources de la civilisation grecque hellénistique. : la grossièreté de l’impudent consiste à priver le « βαλανεύς » de son dû en s’aspergeant lui-même. L'esclave du cupide des Caractères est réprimandé pour avoir acheté une huile rance, et il prend, utilise celle d'un autre (se servir d'une huile rance est le propre du rustre).

Le mot thermes vient du grec thermos (chaud). Pour désigner les bains, les Grecs utilisaient le mot « balnéion » qui devient « balnea » en latin. Le mot thermes est employé pour la première fois pour désigner les Thermes d'Agrippa à Rome (26-29). Ensuite ce terme ne s'appliquera qu'aux complexes les plus développés, c'est-à-dire comprenant bains, annexes, sport et culture.

Ainsi le mot « thermes » désigne un établissement de bains ayant plusieurs fonctions qui mêlent le soin du corps (présence par exemple d'une palestre, élément particulier du gymnase destiné à l'entraînement), mais aussi le soin de l'esprit, rôle qui dépasse très largement la simple propreté corporelle. Il existait de grandes catégories de thermes : les thermes publics, les thermes privés, les thermes d'été (thermae aestivales) et les thermes d'hiver (thermae hiernales).

Reconstitution historique virtuelle des thermes romains de Weissenburg, Allemagne.

Principe architectural et critères pratiques

Les Salles

Dans le principe, la structure type d'un thermes comporte, à l'intention des usagers, un certain nombre de salles aux fonctions bien précises. Les thermes de Stabies à Pompéi en sont un bon exemple (thermes construits au iie siècle av. J.-C. et réaménagés plusieurs fois jusqu'en 62 apr. J.-C.).

Plan des Thermes de Stabies d'après Jean-Pierre Adam

L'édifice thermal est séparé en deux parties, l'une masculine, l'autre féminine. La section féminine est plus modeste et l'entrée se fait généralement dans une rue latérale, par une porte discrète. L'entrée principale donne accès aux bains masculins distribués autour d'une palestre (n°1 sur le plan), espace bordé de portiques, réservé aux exercices physiques. Cet espace central donnait accès à l'apodyterium (vestiaire n°2) de la piscine froide (natatio n°4). L'apodyterium était garni de meubles ou de petites cases pour recevoir les vêtements des baigneurs.

De là, l'usager pouvait se rendre à l'étuve sèche, le laconicum, petite salle circulaire et voûtée, fortement chauffée. Cette chaleur sèche plus élevée que dans le caldarium est un moyen efficace pour nettoyer la peau en profondeur. Parfois ce type de salle était remplacé par le sudatio, à chaleur humide. Le frigidarium dit aussi « cella frigidaria » (n°6) était une salle pour le bain froid, avec divers aménagements hydrauliques : vasque, baignoire, bassin, piscine.

Les deux grandes salles majeures, accessibles de l'une à l'autre, étaient dévolues au bain tiède, tepidarium (n°7) et au bain chaud, le caldarium (n°Cool. Dans ces pièces on trouvait plusieurs piscines munies de degrés ou d'une banquette permettant d'y demeurer assis. Le tepidarium est une pièce tiède dont l'hypocauste ne disposait pas d'un foyer propre, mais était chauffé par communication avec celui des salles chaudes voisines (circulation de l'air chaud dans les murs faits de tuyaux en terre cuite). Cette pièce avait un rôle de « tampon thermique » entre les zones froides et les zones chaudes du bâtiment. Elle pouvait également servir pour les massages. Le caldarium est une pièce très chaude avec sous le sol un chauffage par hypocauste muni d'un foyer propre. L'eau de la piscine y était chaude.

L'établissement thermal comportait également des galeries de service pour le stockage du mobilier et du combustible, le bureau du responsable de l'établissement (comme aux thermes de Stabies à Pompéi) ainsi que des latrines. Parfois ces galeries distribuaient sur de petits bains individuels.


Installation hydraulique et chauffage

Pour le stockage de l'eau, des réservoirs sont en principe installés dans la partie la plus élevée du bâtiment. Leur alimentation est assurée par une dérivation d'aqueduc. Ils présentaient des aménagements d'arrivée d'eau, d'étanchéité, de vidange et de trop-plein. À partir de ces réservoirs, la distribution de l'eau se faisait par des canalisations en terre cuite ou en bois avec des frettes (armature métallique renforçant une pièce) en fer ou en plomb, passant dans les murs. Ces canalisations alimentaient les piscines et les vasques, les cuves et les chaudières pour le chauffage de l'eau. L'évacuation des eaux usées se faisait vers un réseau d’égouts, à partir des dispositifs d'évacuation ou de trop-plein, ou par des ouvertures aménagées dans le sol des salles, protégées éventuellement par une plaque de marbre percée d'orifices selon un schéma géométrique.

Le chauffage pouvait être obtenu, dans certaines salles des thermes, par de simples dispositifs portatifs (braseros) ou par le soleil. On pouvait trouver aussi, soutenu par un renfort en barre de fer, un système de chaudières ou chauffe-eau (récipient en métal dans lequel l'eau était chauffée). Mais le procédé le plus couramment utilisé était le chauffage par hypocauste. Le foyer ou praefurnium est aménagé en sous-sol dans une pièce de service ventilée et conçue pour recevoir une réserve de carburant (charbon de bois). Dans les grands thermes, ces pièces de service sont installées sur une façade latérale du bâtiment et desservies par une galerie ouvrant sur l'extérieur pour faciliter l'approvisionnement. L'hypocauste n'était pas voûté à la manière d'un four, mais était un espace couvert d'un sol « suspendu » appelé la suspensura, reposant sur un grand nombre de pilettes, presque toujours construites de briques carrées. Ce système est caractéristique des constructions romaines (voir les thermes de Stabies à Pompéi, les thermes du Forum à Ostie, etc.). Afin que l'air circule mieux dans les salles, des tubuli étaient aménagés dans les murs. Ce sont des canalisations de céramique de section rectangulaire. Généralement, le dosage de la chaleur se faisait par la proximité ou le nombre de foyers communiquant avec les hypocaustes. Dans le schéma le plus simple ; le praefurnium s'ouvrait sous le caldarium, l'air chaud circulait sous celui-ci puis, déjà refroidie, passait par des ouvertures dans l'hypocauste du tepidarium. L'évacuation des gaz chauds se faisait le plus souvent par des cheminées.

Coupe du système d'hypocauste des thermes d'une villa de Vieux-la-Romaine, Calvados, France.


Plan d'aménagement et itinéraire

Selon les plans des établissements, on peut différencier deux types de thermes :

Les thermes simples : accessibles aux hommes et aux femmes à des heures différentes
Les thermes doubles : deux séries de pièces pour accueillir hommes et femmes en même temps, mais séparément.

Le corps central des thermes était toujours constitué des mêmes pièces fonctionnelles, seul le nombre peut varier. Dans les thermes impériaux romains, de nouvelles pièces apparaissent consacrées à la culture du corps et de l'esprit tels que : salle de gymnastique, auditorium, bibliothèque, musée et parfois des nymphées, citernes, magasins, voire des lieux de culte (voir les thermes de Caracalla à Rome). Dans l'ensemble, la séquence des pièces indique que l'on passait d'une salle à l'autre dans un ordre bien précis. Les itinéraires proposés aux usagers participent à la compréhension du bâtiment et à son rôle dans la société d'alors. Souvent on retrouve l'ordre suivant : apodyterium - frigidarium - tepidarium - caldarium puis retour à l'apodyterium.

Les thermes naturelles

Ces thermes sont installées sur le lieu de vaporium, des grottes ayant des sources de vapeur. Ces grottes ont été aménagés en gigantesque spa ou hammam. Le vaporium de luchon est le plus grand d’Europe avec 150 mètres de galeries utilisés par les thermistes.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://raconte--moi.forumactif.com
 
Thermes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les thermes
» Textes sur les thermes
» [quizz] Termes culinaires...
» KEMPTEN / Cambodunum
» L'actualité archéologique de la semaine, 12 août - 19 août 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raconte-Moi :: Géographie :: Architecture religieuse, urbaine et défensive :: Architecture urbaine-
Sauter vers: